Entre Jeux olympiques et paralympiques, les sourds trouvent difficilement leur place

Pas facile de trouver sa place à paris 2024 quand on est un sportif sourd. Pour les Jeux olympiques, cette déficience ne donne pas lieu à une adaptation particulière ; et pour les paralympiques, la surdité n'est pas considérée comme un handicap et n'entre dans aucune catégorie ! Alors les sourds se sont organisés avec leur propre compétition : les Deaflympics.

Nathalie Bloch-Sitbon, publié le 05 juin 2024

Entre Jeux olympiques et paralympiques, les sourds trouvent difficilement leur place
Ce n'est pas simple à comprendre, car il existe des règles strictes pour les Jeux olympiques. Il est possible pour un athlète sourd de participer aux JO, mais dans la pratique, cela reste compliqué, notamment pour entendre les instructions. Alors, peu de sportifs sourds sautent le pas, d'autant qu'ils ont leur propre compétition, les Deaflympics. Il est d'ailleurs difficile de savoir combien de sportifs sourds participeront aux Jeux Olympiques de Paris 2024 : les organisateurs sont peu au courant puisqu'ils ne mettent aucune aide particulière en place pour eux et que rien n'indique la surdité lors de l'inscription. On ne les distingue pas des autres sportifs. Ils doivent avoir le même niveau que les athlètes « valides » lors de la compétition. En revanche, il n'y a pas de restriction sur leurs aides auditives : ils peuvent être implantés ou appareillés. À l'inverse, les Jeux paralympiques comprennent des épreuves sportives ouvertes aux personnes présentant une...

Ce contenu est réservé aux abonnés de la revue Audio infos

S'abonner pour lire la suite