Le ronflement du conjoint  peut-il rendre sourd ?

Peut-on devenir sourd à force de dormir à côté d'un ronfleur ? Lorsque la presbyacousie s'invite dans un couple de longue date, la question devient parfois une source de conflit. Une enquête de Specsavers relance le débat ... pour la paix des ménages.

Peter Wix, publié le 16 mai 2023

Le ronflement du conjoint  peut-il rendre sourd ?

Au-delà de la gêne occasionnée par le fait de dormir avec un partenaire qui ronfle, cela entraîne inévitablement du stress relationnel et des effets néfastes sur la santé. Une récente enquête, menée au Royaume-Uni par la chaîne de magasins Specsavers, a révélé que 48 % des personnes interrogées pensent même que leur ouïe a pu être endommagée par cette nuisance nocturne.

En conséquence, un cinquième d’entre elles (22 %) ont répondu qu’elles allaient porter des bouchons d’oreille à l’avenir ou passer un test auditif (21 %).

Et se boucher les oreilles est précisément ce que Gordon Harrison, audiologiste en chef de la chaîne de magasins, suggère comme bonne solution au problème. “Si vous avez du mal à trouver un sommeil paisible, il existe des solutions simples. Les bouchons d’oreille sont un excellent moyen de bloquer les bruits qui vous empêchent de dormir. Ils doivent être confortables dans les oreilles, quelle que soit la façon dont vous dormez”, explique Gordon Harrison.

Mais Specsavers ne fournit aucune preuve de la capacité des bouchons d’oreille à bloquer le bruit de 60 dB généré par un ronfleur sévère.

L’organisation américaine Sleep Foundation affirme sur son site Web que les bouchons de certains fabricants peuvent réduire le bruit d’environ 27 %. Cette affirmation se situe à l’extrémité optimiste de l’échelle, étant donné que la Safety Research Corporation of America est d’accord avec d’autres estimations internationales selon lesquelles “des bouchons d’oreille ou des manchons bien ajustés réduisent le bruit de 15 à 30 dB”, tandis qu’une étude de 2021 sur la protection auditive réalisée en Chine a suggéré une efficacité nulle des bouchons d’oreille dans la prévention de la perte auditive due au bruit, dans une usine de pièces automobiles, que la plupart des gens considéreraient comme un environnement bien plus dangereux qu’un lit à deux places.

Une étude sur la torture nocturne – et attention à Sheffield !

L’enquête de Specsavers ne suggère toutefois pas que les ronfleurs peuvent réellement causer une perte d’audition à leur partenaire. Elle indique simplement que de nombreuses personnes pensent que ces ronfleurs ont pu causer une détresse auditive durable, mais il n’y a aucune preuve de cela.

Les statistiques publiées par le détaillant de produits optiques et auditifs ajoutent néanmoins des détails à notre perception des horreurs nocturnes du ronflement :

– 87 % des personnes interrogées admettent que les ronflements de leur partenaire les empêchent de profiter d’un repos nocturne bien mérité, ce qui les agace (46 %), les frustre (45 %), voire les stresse (28 %).

– Il s’agit d’un problème très répandu : 91 % des personnes interrogées répondent qu’elles ou leur partenaire ronflent régulièrement, et la plupart d’entre elles affirment que leur partenaire bruyant les réveille au moins deux fois par nuit. En conséquence, près d’un quart (24 %) des Britanniques insomniaques interrogés a déclaré que les ronflements de leur partenaire les empêchaient de se concentrer sur leur travail le lendemain.

– Près d’une personne sur dix a même envisagé de se séparer à cause de ce dérangement nocturne.

– Pour lutter contre le ronflement, 49 % des personnes interrogées admettent qu’elles donnent des coups de coude à leur partenaire, 44 % qu’elles le retournent et 42 % qu’elles lui donnent un léger coup de pied pour qu’il s’arrête.

Des ronflements autour de 60 dB

Les champions du ronflement atteignent un niveau de décibels que l’on peut comparer au son d’une conversation normale entre deux personnes à un mètre l’une de l’autre : un peu plus de 60 décibels. Ce n’est pas considéré comme suffisamment fort pour endommager l’ouïe dans des circonstances normales, bien qu’il se rapproche des niveaux du lave-linge et du lave-vaisselle (70 dB). Mais ce niveau sonore est bien loin du bruit de la circulation (80-85 dB). Tous ces bruits sont malgré tout considérés comme gênants, voire très gênants.

L’échelle de ronflement suivante a été utilisée dans une étude israélienne de 2019 (https://doi.org/10.5664/jcsm.7678) pour laquelle les niveaux de décibels correspondants ont été fixés après évaluation de l’intensité du ronflement dans un laboratoire du sommeil :

– Ronflement léger (40-45 dB)

– Ronflement modéré (45-55 dB)

– Ronflement sévère (55-60 dB)

– Ronflement très sévère = (≥ 60 dB)

Il est intéressant de noter que cette étude suggère que les femmes ont tendance à ne pas déclarer qu’elles ronflent et à sous-estimer le volume de leurs ronflements, même si l’on observe objectivement qu’elles ont des volumes de ronflement similaires à ceux des hommes.

Dans la même rubrique
  • Actualités
  • Enseignes
  • Évènements
  • Actualités
  • Évènements
  • Organisations professionnelles
  • Politique de santé
  • Vie pro