Envoyé spécial : une émission sur les « arnaques » dans le secteur de l’audioprothèse

Hier soir jeudi 7 septembre 2023, l’émission Envoyé spécial d’Elise Lucet, traitait des questions de dérives dans le secteur des aides auditives. Le reportage a-t-il jeté le doute sur toute la profession ?

Par Corinne Couté, publié le 08 septembre 2023

Envoyé spécial : une émission sur les « arnaques » dans le secteur de l’audioprothèse

La journaliste Elise Lucet nous a habitué à rentrer dans la polémique. Ainsi, lorsque le thème de l’émission d’Envoyé spécial de jeudi 7 septembre a été annoncé comme portant sur le secteur de l’audition, des craintes ont commencé à s’exprimer. D’autant que le titre ne laissait aucun doute sur l’angle d’approche : « Prothèses auditives, arnaques au creux de l’oreille ».
Les craintes de voir toute la profession jetée en pâture se sont-elles confirmées ? Pas sûr.

Un patient époustouflé

Pour ce sujet, le journaliste commence par suivre un patient qui entend mal depuis plusieurs années et qui s’apprête à sauter le pas de l’appareillage. Après avoir assisté aux nombreuses situations pendant lesquelles il n’entend pas ou monte le son démesurément, il atterrit dans le centre de Brice Jantzem, audioprothésiste et président du SDA (Syndicat des Audioprothésistes), en Bretagne, qui le prend en charge. Le résultat est tellement « extraordinaire » que ce patient n’en revient pas.

Puis vient la question du prix. Le journaliste note que le patient s’est appareillé avec des aides auditives de classe 2, pour un prix de 3 430 euros en tout.

L’équipe part alors visiter l’usine de GN Hearing au Danemark, accompagné de Xavier Temmos, le directeur général France de la marque. Les images montrent alors la fabrication des aides auditives et le niveau de haute technologie que cela demande. Le journaliste évalue alors à 400 euros le prix de vente moyen de l’appareil, avant de noter que ce prix représente peu du montant dans le parcours d’appareillage.
De retour dans le centre auditif, l’audioprothésiste (toujours Brice Jantzem) règlent les audioprothèses avec des appareils ultra sophistiqués, passe du temps … Le journaliste explique alors que les deux-tiers du prix sont destinés à cette prestation de réglage et de suivi.

Plusieurs dérives expliquées

Puis vient le sujet au cœur du titre : les dérives. D’abord, les audioprothésistes qui exerceraient sans diplôme. Des patients mystères se rendent chez des audioprothésistes apparemment choisis, qui n’ont pas affiché leur diplôme dans leur centre, ce qui est pourtant obligatoire. Mais rien ne dit qu’ils ne sont pas diplômés. Certains professionnels indiquent malgré tout une petite perte auditive, alors que les personnes entendent bien, sans pour autant leur conseiller un appareillage. L’un d’eux propose une consultation à distance avec un ORL et un autre explique être un stagiaire formé en Espagne et ne pas avoir eu beaucoup de pratique dans son cursus.
Puis vient le témoignage d’une femme appareillée alors qu’elle n’en avait pas besoin.

Et enfin, un long passage du reportage recueille le témoignage de deux personnes qui ont été démarchées à domicile, puis appareillées mais n’ont pas bénéficié de suivi, tous par un certain Ruben B. D’après un ancien salarié, sa société réaliserait 10 millions d’euros de chiffre d’affaires avec ce système de vente à domicile, pourtant totalement interdite.

Les dérives limitées et cadrées ?

Après un simulacre de réglage à distance, filmé par les journalistes, toujours par cette même société, Brice Jantzem explique que :« des aides auditives remboursées par la sécurité sociale dans ces conditions, c’est du vol et ça discrédite toute la profession. Notre travail, ce n’est pas celui-là » conclut-il.

Après avoir analysé la liste des audioprothésistes qui exercent dans plus de 4 centres à la fois, le journaliste évalue à 6% le nombre d’audioprothésistes contrevenant aux règles.

La personne chargée des enquêtes à l’Assurance maladie explique ensuite comment elle traque les contrevenants en utilisant les statistiques.

Finalement, si le sujet montre bien les dérives d’une minorité dans la profession, l’intervention d’un véritable audioprothésiste professionnel ainsi que la démonstration de la fabrication des aides auditives, montrent également le bon côté de la profession, et qu’il s’agit d’une minorité de contrevenants.

Dans le dossier du prochain Audio infos à paraître le 15 septembre 2023, l’Assurance maladie nous explique comment elle compte accentuer ses contrôles en 2024 pour maitriser ces dérives.

 

Revoir le reportage :

https://www.france.tv/france-2/envoye-special/5246502-protheses-auditives-arnaques-au-creux-de-l-oreille.html

Dans la même rubrique
  • Accessoires
  • Actualités
  • Fabricants
  • Innovations et produits
  • Matériels et logiciels
  • Produits
  • Actualités
  • Marché
  • Politique de santé