PLFSS 2024 : de nombreux amendements concernent directement l’audition

Les amendements liés à l’audition sont nombreux dans le projet de loi de financement pour la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2024. Même s’ils n’ont aucune garantie d’être conservés jusqu’à la fin du parcours législatif, il s’agit d’une première pour le secteur.

Lucien Brenet, publié le 24 octobre 2023

PLFSS 2024 : de nombreux amendements concernent directement l’audition

Certaines recommandations du Syndicat des audioprothésistes (SDA) figurent bien au PLFSS 2024. A commencer par l’interdiction de la publicité pour les aides auditives et la création d’un ordre des audioprothésistes. Ce dernier serait motivé « par l’évolution nécessaire de la profession au regard des enjeux liés à la prévention et la correction du déficit auditif. », est-il écrit dans l’amendement. L’ordre regrouperait les audioprothésistes habilités à exercer leur profession en France ; contribuerait à promouvoir la santé publique et la qualité des soins ; à maintenir des principes de moralité et de compétence ; ou encore à établir un code de déontologie de la profession.

En ce qui concerne l’amendement sur l’interdiction de la publicité élaboré avec le SDA, le député Cyrille Isaac-Sibille justifie cet ajout par l’intensification de la concurrence déloyale entre les acteurs du secteur, et la multiplication des pratiques commerciales trompeuses. « Si la publicité n’améliore ni l’information des usagers, ni des financeurs, elle peut toutefois renchérir le coût des prothèses et conduire à des achats mal adaptés, au détriment des finances sociales. » est-il expliqué.

Renforcer les dépistages et la prévention

De nombreux ajouts autour de la question du dépistage et de la prévention ont également été déposés. Un premier prévoit la mise en œuvre du dépistage et de la prévention des surdités à l’occasion des rendez-vous de prévention à des âges clés. A savoir, dès l’âge de 25 ans, afin de sensibiliser les plus jeunes, à l’âge de 45-50 ans « pour entreprendre un dépistage précoce des troubles auditifs », et à partir de 65 ans. Un autre amendement vise à « introduire un repérage des troubles sensoriels au cours de chaque rendez-vous prévention ». Cette prévention justement, doit aussi se faire auprès des écoliers et des collégiens. C’est tout l’objet d’un amendement qui défend la mise en place d’une expérimentation dans trois académies volontaires afin de sensibiliser dès le plus jeune âge à la santé auditive.

Une autre modification demande à ce que Santé Publique France un rapport qui décrit l’épidémiologie des différentes formes de surdité et leur impact sur la perte d’autonomie en France. « Le rapport formulera des propositions pour améliorer la prévention de ces baisses de l’audition. » Dépistage toujours, un dernier texte suggère la mise en place d’un programme de dépistage prénatal systématique du cytomégalovirus.

 

Dans la même rubrique
  • Actualités
  • Enseignes
  • Vie pro
  • Actualités
  • Législation
  • Politique de santé
  • Pratique
  • Société
  • Vie pro