Les médecins généralistes déplorent l'arrêt de leur dérogation

La possibilité pour les généralistes de prescrire les premières aides auditives à leurs patients était une solution simple et souvent plus rapide pour ces derniers, plutôt que d'obtenir un rendez-vous chez un médecin ORL. Privé de cette possibilité, nombreux sont les acteurs de la filière qui craignent que certains patients renoncent à se faire appareiller.

Nathalie Bloch-Sitbon, publié le 17 mai 2023

Les médecins généralistes déplorent l’arrêt de leur dérogation
La réforme du 100 % Santé a permis de démocratiser les soins auditifs, qui s'avèrent primordiaux pour l'équilibre cognitif de la personne. Pourtant, permettre l'accès d'un point de vue financier à l'appareillage sans simplifier le parcours d'accès à la prescription est un non-sens pour de nombreux acteurs, qui craignent un recul de l'appareillage. « Nous sommes bien évidemment mécontents de la fin de la primo-prescription d'appareillage auditif, qui survient alors que partout sur le territoire les délais d'attente de rendez-vous ORL s'allongent. La réforme du 100 % Santé sur les audioprothèses a clairement montré qu'il existe un fort besoin d'appareillage, qui n'était pas couvert avant ce dispositif. La forte augmentation du taux d'appareillage qui a suivi l'entrée en vigueur de la réforme s'est appuyée sur la possibilité pour les généralistes de primo-prescrire », déplore le Dr Jean-Christophe Nogrette, secrétaire général adjoint du syndicat...

Ce contenu est réservé aux utilisateurs inscrits sur le site audioinfos365.fr

S'inscrire gratuitement pour lire la suite
Dans la même rubrique
  • Actualités
  • Fabricants
  • Législation
  • Non classifié(e)
  • Politique de santé