Des lunettes de soleil avec l'ordonnance des grands-parents :

Marc ne décolère pas. Visiblement, il ne faut pas le lancer sur les audioprothèses ! Marc est opticien, il a ouvert son magasin à Paris il y a plus de 20 ans et, jusqu'à présent, il ne tarissait pas d'éloges sur les audios, sur leurs syndicats, sur leur implication... mais depuis peu, tout a changé, selon lui.

Nathalie Bloch-Sitbon, publié le 06 octobre 2023

Des lunettes de soleil avec l’ordonnance des grands-parents :
Marc, qui a souhaité rester anonyme, est en colère contre les audio- prothésistes. Enfin... pas les vrais audioprothésistes. Les opticiens qui se disent aussi audioprothésistes. Parce que, aujourd'hui, une personne âgée, faisant partie de ses clients réguliers, n'a pas pu acheter ses lunettes. La raison ? La dame âgée aurait déjà été équipée de lunettes dans l'année... et d'audioprothèses aussi ! Et ce n'est pas la première fois que cela lui arrive. Lui, qui est un simple opticien de quartier, a été confronté à trois cas similaires cette année. Des lunettes de luxe gratuites « Vous n'avez pas remarqué que de plus en plus de jeunes exhibent des lunettes de soleil de grande marque ? Non, ce ne sont pas des imitations, ils les récupèrent chez des opticiens peu scrupuleux qui montent des combines avec les cartes Vitale des parents ou des grands-parents. Ils utilisent de fausses ordonnances ou bien ils ont des partenariats avec des médecins...

Ce contenu est réservé aux abonnés de la revue Audio infos

S'abonner pour lire la suite
Dans la même rubrique
  • Actualités
  • Législation
  • Politique de santé
  • Pratique
  • Société
  • Vie pro